Rangers expliquant les limites le système de zone du "Managed Access."

Avalon, l'ile permettant une surveillance des eaux et un contrôle des permis de pêche de la région. Tide travaille en collaboration avec les gardes-côtes pour faire respecter l'entente de pêche. Beaucoup de pêcheurs Honduriens et Guatémaltèques tentes de venir pêcher dans les eaux du Belize.

Garde-côte à Avalon. Le temps est long sur l'île minuscule.

Préparation pour un tour guidé de la réserve marine de Port Honduras.

La pêche au homard se fait en plongée en apnée au sud du Belize.

Inspection de permis de pêche.

Un des capitaines se dirigeant vers Payne's Creek National Park, une des aires protégées sous la supervision de TIDE.

Pêcheur de conques s'approchant du bateau de TIDE pour inspection de son permis. Les pêcheurs locaux ont parfois le sentiment d'être sous la pression d'une bureaucratie inutile qui limite leur capacité à exploiter les ressources qui sont les leurs par le temps nécessaire aux inspections, aux quotas, aux zones réglementées.

Inspection du permis à l'approche de l'orage.

Pêcheur attendant de pouvoir repartir suite à l'inspection de son permis.

Monkey River est un village de pêcheurs d'environ 200 habitants vivant quasi exclusivement des produits de la mer. Plusieurs pêcheurs sont en désaccord avec le programme "Managed Access."

Vers 20h, le dernier pêcheur rentre à Monkey River et transporte sa pêche vers un des congélateurs du village avant l'exportation.

Pêcheurs quittant Monkey River.

Un des villageois aide à transporter le poisson congelé pour l'exportation.

Le traversier de Monkey River. Le village n'est accessible que par voie maritime. Il faut crier de l'autre côté de la rive pour pouvoir se faire traverser vers le village.

À Punta Gorda, la capitale régionale (6000 habitants), certains pêcheurs vendent le produit de leur travail de façon informelle sur le bord de la route.

Back to Top